Les 4 piliers de l’apprentissage

Résumé des grandes idées de la conférence de Stanislas Dehaene (Collège de France)

1.L’attention
L’attention facilite l’apprentissage, cependant elle a des limites.

Exemple : réalisez le test de la vidéo qui suit. Arrivez-vous à compter le nombre de passes entre les joueurs de l’équipe blanche ?

Il faut bien comprendre que nous ne pouvons pas réaliser bien deux tâches simultanément.

2.L’engagement actif
Un organisme passif n’apprend pas. L’apprentissage est optimal lorsqu’on alterne apprentissage et tests répétés de ses connaissances.

Cela permet d’apprendre à savoir quand on ne sait pas (métacognition).

JPEG - 65.1 ko
Se tester.
3.Le retour d’information
Notre cerveau utilise des modèles internes afin de générer des prédictions sur le monde extérieur.

L’apprentissage se déclenche lorsqu’un signal d’erreur montre que cette prédiction n’est pas parfaite : pas d’apprentissage si tout est parfaitement prévisible.

Le signal d’erreur peut venir d’une correction explicite (venant de l’enseignant par exemple) ou d’un décalage entre ce qu’on attend et ce qu’on constate (lorsqu’on fait des exercices par exemple ou lorsqu’on réalise des observations en relisant son cours, en suivant le cours...).

Les signaux d’erreur se propagent dans le cerveau, sans que nous en ayons 
nécessairement conscience, et ajustent sans cesse nos modèles mentaux.

L’erreur ou l’incertitude sont normales. Elles sont même indispensables. 

N’ayez pas peur de vous tromper ou de douter, soyez en recherche permanente.

4.La consolidation
Au début de l’apprentissage, on a fortement conscience de l’effort fait pour apprendre. Puis, progressivement, l’automatisation transfère les connaissances vers des réseaux non‐conscients, ce qui permet de se concentrer sur d’autres choses.

La consolidation des connaissances passe par un sommeil suffisant et par un réinvestissement régulier de ce qui a été appris. Par exemple en ne déconnectant pas les apprentissages les uns des autres, en n’imaginant pas que parce qu’un chapitre est terminé, on n’aura plus besoin de ce qu’on y a appris, en organisant, triant son cours, en créant des fiches de cours, en s’entraînant avec des exercices, en ne révisant pas au dernier moment.

JPEG - 52 ko
La mémoire.

Voir en ligne : conférence au Collège de France sur l’apprentissage

P.-S.

L’émission « C’est pas sorcier » sur « Peut-on améliorer sa mémoire ? » pourra également vous intéresser.

Répondre à cet article

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom