Cycle de travail sur Le Lac des cygnes

Durant le mois d’octobre, les élèves de l’option Art danse vont travailler sur différentes versions du Lac des cygnes sous différentes formes : en pratique, en conférence, dans le cadre d’une école du spectateur, en spectacle. Un programme riche.

Travail sur la version classique du Lac des cygnes
avec Brice Bardot, les mardis 8 et 15 octobre

Pour certains de nos élèves qui n’ont jamais pratiqué la danse classique, ce sera l’occasion de découvrir les codes de cette pratique. Pour ceux qui pratiquent la danse classique en dehors du lycée, il s’agira de l’aborder ici sous un angle différent : travail en atelier et relation à une œuvre du patrimoine de la danse.

Brice Bardot est professeur de danse classique et de danse contemporaine au conservatoire de Rambouillet. Son intervention en atelier pour nos élèves s’inscrit dans le cadre du partenariat entre le Conservatoire communautaire de Rambouillet et le lycée Louis Bascan. Il est particulièrement bien placé pour encadrer cet atelier puisqu’il a lui-même dansé le Lac des cygnes en tant que danseur professionnel dans le rôle du prince.

Brice Bardot a été formé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) en danse classique et contemporaine. Il a été interprète dans de nombreuses compagnies classiques et contemporaines (notamment la compagnie Labkine qui remonte, diffuse et transmet de nombreuses œuvres du répertoire de la danse).

Étude de la partition musicale du Lac des cygnes de Tchaïkovski
avec Vincent Palicot : vendredi 4 octobre

Vincent Palicot, professeur de musique, intervient fréquemment dans l’option Art danse, à la fois en pratique pour le travail des formes de relations musique-danse, mais aussi en théorie sur l’étude de partitions musicales et le travail de l’écoute.

Cette intervention aura pour objet d’étudier la partition musicale, mais aussi de replacer l’œuvre de Tchaïkovski dans son contexte historique et dans le parcours du compositeur.

Conférence sur les différentes versions du Lac des cygnes
avec Sonia Schoonejans : vendredi 11 octobre

Sonia Schoonejans est danseuse, écrivaine, historienne et commissaire de nombreuses expositions sur la danse. Elle a été responsable des rubriques littéraires et de spectacles pour le magazine « Vogue France » jusqu’en 1987 et a écrit régulièrement pour des revues internationales spécialisées comme « Ballet 2000 » ou encore « Giornale della Musica ».

Elle a réalisé pour Arte la série « Un siècle de danse » qui a remporté le premier prix du concours Vidéo Danse.

Depuis 2001, Sonia enseigne l’histoire de la danse au Centre de formation à l’enseignement de la danse et de la musique (CEFEDEM ) de Nantes.

Une « école du spectateur »
menée par Isabelle Danto : vendredi 11 octobre au Prisme

Isabelle Danto est historienne de la danse. Cette école du spectateur permettra aux élèves de comprendre comment les chorégraphes peuvent s’inspirer d’œuvres du répertoire et jouer avec les différents styles de danse.

Elle a pour thématique : « Danse africaine contemporaine et répertoire classique européen : un point jeté entre les continents ». C’est un thème que cette historienne connaît bien puisqu’elle a notamment écrit un article intitulé Danse africaine contemporaine. L’émergence, le succès et après ? dans la Revue Esprit (octobre 2010).

Une représentation de Swan Lake
de la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo,
au Prisme : vendredi 11 octobre

Présentation de la pièce

Dada Masilo est une jeune chorégraphe et danseuse sud-africaine, elle est issue de la Dance Factory à Johannesburg.

Elle a séjourné deux ans à Bruxelles (2005-2006) à l’école PARTS (Performing Arts Research and Training Studios) créée par Anne Teresa de Keersmaeker.

Son travail est marqué par des relectures du répertoire classique (Roméo et Juliette en 2008, Carmen en 2009, et Le Lac des cygnes en 2010) dont elle s’approprie les codes et qu’elle revisite en mêlant différents styles de danse (danse africaine, danse classique, danse contemporaine...) avec beaucoup d’humour.

Cela ne l’empêche pas de questionner des préjugés tels que l’homophobie, le mariage forcé, le sida (grands tabous de la société sud-africaine).

Swan Lake a connu un immense succés à la Biennale de la danse de Lyon puis au Musée du quai Branly.

Répondre à cet article

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 

Explorer