Le 4 juillet à 21h sur NT1 : toute une soirée sur « L’année du Bac » à Bascan

C’est la veille des résultats de la session 2017 du Baccalauréat, que la chaîne de télévision NT1 diffusera une série de quatre épisodes consécutifs du documentaire ayant déjà fait l’objet d’un passage sur TF1 dans le magazine « Grands Reportages », dans sa version courte, samedi 3 juin dernier.

La programmation de la version longue de « L’année du Bac » à Bascan est fixée au mardi 4 juillet à partir de 21h00, et ce toute la soirée, jusqu’à 1h30 du matin.

Article associé
- Le storify de « L’année du bac »

La presse en parle sur le web
- « L’année du bac » : la fin de l’insouciance pour Sana, Bassem ou Giovanni, par Sophie de Tarlé. Article publié le 03/07/2017 sur etudiant.lefigaro.fr

JPEG - 79.2 ko
Annonce de la série documentaire programmé sur NT1.

Année scolaire 2015-2016
« Ils sont en terminale et passent le bac à la fin de l’année.
Ils sont encore adolescents et sont à la croisée des chemins.
Ils sont en filière générale, technologique ou professionnelle.
Ils pensent tous à leur avenir, à l’après baccalauréat : une période d’examens dont tout le monde se souvient. En proie au doute, soucieux du futur, de leur futur... »

« Comment vont-ils traverser cette année décisive et affronter cette épreuve emblématique ? Quelle carrière vont-ils embrasser ? Pour le savoir, rendez-vous mardi 4 juillet à 21h sur NT1 ! »

Bande annonce
Programme de la soirée du 4 juillet
Episodes de « L’année du Bac » sur la chaîne de télévision NT1
N°1 à 21h00 - Présentation 1
Jour de rentrée au Lycée Louis Bascan de Rambouillet. Une année décisive commence.
N°2 à 22h00 - Présentation 2
Les cours ont commencé il y a deux mois et la perspective du bac est déjà en ligne de mire.
N°3 à 23h15 - Présentation 3
C’est le mois de Mars et c’est aussi l’heure des désillusions pour certains.
N°4 à 00h30 - Présentation 4
Après neuf mois de cours, d’espoirs et de doutes, le BAC commence enfin pour tous les éléves de Terminale, mais aussi pour leurs parents et leurs professeurs. A la maison comme au lycée, la pression et l’angoisse sont palpables.

P.-S.

A suivre sur Facebook :

Partager : 

Répondre à cet article

 

Explorer