La danse américaine à l’honneur avec Martha Moore et Patricia Greenwood Karagozian

Cette année, les élèves de l’option Art danse travailleront avec deux grandes artistes d’origine américaine pour découvrir les fondements de la danse jazz avec Patricia Greenwood Karagozian et de la post-modern dance avec Martha Moore.

Le parcours de Patricia Greenwood Karagozian

Patricia Greenwood Karagozian a commencé sa carrière au sein du Pittsburgh Ballet Theater au sein duquel elle a appréhendé différents styles : danse classique, moderne, jazz, de caractère...

Avec le Civic Light Opera de Pittsburgh, elle a dansé et joué dans de nombreuses comédies musicales, dont West Side Story, Kiss me Kate, My Fair Lady, Brigadoon, Applause… et a ainsi acquis une grande expérience de la scène.

En 1994, elle obtient son Certificat d’Aptitude en Danse Jazz, elle intervient depuis pour le diplôme d’état et certificat d’aptitude (diplômes des professeurs de danse) dans plusieurs centres privés, au CND (Centre National de la Danse) et au CNSMD (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse) de Lyon.

Elle continue aussi de se former et obtient la Licence Professionnelle en Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé en 2003.

Parmi ses pièces chorégraphiques figurent la partie jazz du « Cygne » solo écrit pour Pedro Pauwels et sous forme de concert – spectacle : « West Side Story » et « Cats » joués au Théâtre du Châtelet.

En 2011, elle crée la compagnie pgk afin de promouvoir la créativité chorégraphique dans un champ d’expression jazz.

Patricia Greenwood Karagozian a traversé de nombreuses techniques : Luigi, Cole, Dunham, Mattox, Horton. Le swing est une notion particulièrement importante dans la danse jazz pour cette artiste.

Elle s’intéresse aussi à l’improvisation et à la relation musique-danse, à la fois lorsque chorégraphie, mais aussi lorsqu’elle enseigne.

Elle a par ailleurs improvisé en concert dans divers festivals de musiques jazz.

- Venez découvrir le site de Patricia Greenwood Karagozian pour découvrir sa personnalité.

Avec les élèves du lycée Bascan, Patricia Greenwood Karagozian abordera la comédie musicale West Side Story.

West Side Story au théâtre du Châtelet, 2012
Durée : 1 minute 36 secondes

Un des extraits sur lesquels les élèves travailleront :

West Side Story - Cool (1961)
Durée : 4 minute 39 secondes

Le parcours de Martha Moore

Martha Moore a été membre du Entourage Music & Theater Ensemble aux États-Unis. En France, elle danse et collabore avec plusieurs chorégraphes : Mark Tompkins, Jacques Patarozzi, le Quatuor Albrecht Knust, Dominique Brun, Alban Richard.

Elle a mené une série d’installations et de performances avec des artistes tels que Sally Silvers, Anne Koren, Isabelle Marteau, Christine Corday.

Elle est co-fondatrice du collectif Les Pénélopes qui développe en équipe le projet « Femmeuses » de Cécile Proust.

Elle signe aujourd’hui, avec le plasticien Félix Perrotin, les performances sauvages : « john & jane installations » et « That was easy », tout en menant une nouvelle série de collaborations avec les artistes Ara Fitzgerald à New York et Sophie Lessard à Paris.

Elle dirige une série d’ events improvisés dans les musées et galeries en République Tchèque. Elle donne des stages en France et en Europe, et a été régulièrement invitée en résidence à l’« European Center for New Dance Development » à Arnhem (Pays-Bas).

Cela fait plusieurs années que Martha Moore mène des ateliers au lycée Bascan, l’approche de la post-modern dance est un incontournable pour les élèves dans l’appréhension de l’histoire de la danse.

image
Atelier avec Martha Moore au conservatoire de Rambouillet

- Le courant de la post-modern dance

Le courant de la post-modern dance est apparu au début des années 1960 aux États-Unis, principalement à New York.

C’est la période de l’anti-art et de la contre-culture, les dispositifs même de la création artistique sont remis en question.

Les artistes qui forment ce courant se réunissent au sein d’un collectif expérimental, non autoritaire, non hiérarchisé à New-york : la Judson Church, et travaillent à partir de principes tels que :

  • l’application du manifeste du « NON » : non au spectacle, non à la virtuosité, non au mouvement, non au style ;
  • les expérimentations (ou investigations) et réflexions sur l’expérience ;
  • le refus du cartésianisme (Dada - Fluxus : illogique) ;
  • le refus de la hiérarchie dans la compagnie et du star système ;
  • la prédisposition au contact (éclatement des tabous sexuels) ;
  • la notion de « performance » qui est éphémère, se consomme et se jette (Ready-made) - production instantanée improvisée ;
  • l’investissement de lieux insolites ;
  • la tendance au minimalisme ;
  • une gestuelle inspirée des actes du quotidien : boire manger...

Martha Moore nous fera traverser le travail de grands chorégraphes qui ont marqué ce courant tels que : Trisha Brown, Anna Halprin, Yvonne Rainer, Lucinda Childs.

- Autour du travail de Trisha Brown :

Trisha Brown par MickeyKuyo | Durée : 3 minutes 16 secondes

- Autour du travail d’Anna Halprin :

Anna Halprin : le souffle de la danse - Bande annonce (VO)
Durée : 2 minutes 4 secondes

Actualité autour de la post-modern dance : « Une journée avec Lucinda Childs au Centre National de la Danse »

Répondre à cet article

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 

Explorer