Rendez-vous à la BnF avec Paul LÉVY et des élèves de Bascan

Voici déjà plusieurs années que des professeurs de physique-chimie et de mathématiques du lycée Louis Bascan sont invités avec leurs élèves à assister à la BnF à une conférence du cycle « Un texte, un mathématicien » : ce sera cette fois-ci « Paul Lévy et les cygnes noirs ».

Ce mercredi 30 avril 2014, l’association Animath et la BnF nous avaient concocté un programme sur mesure.

Nous avions rendez-vous à 16h30 pour une visite de l’exposition « Été 14, les derniers jours de l’ancien monde ».

Notre guide, Anne-Sophie Lambert, nous a montré comment les faits se sont enchaînés avant que la machine de guerre ne s’ébranle, et ce fut passionnant !

Ensuite, dans le plus grand silence pour ne pas perturber le travail des lecteurs, nous avons pu avoir accès à la salle C : 42000 ouvrages couvrant l’ensemble des disciplines scientifiques et techniques avec 300 titres de périodiques, 40% du tout étant en anglais.

Nous remercions notre guide, Marina Marmouget, pour son accueil et ses commentaires détaillés, adaptés à chacun.

Un billet d’accès gratuit a été distribué à chacun des élèves pour leur donner la possibilité et l’envie de revenir explorer cette incroyable richesse documentaire voire y travailler installé à l’une des 220 places disponibles.

JPEG - 6.7 ko
Le conférencier Gérard Ben Arous.

Et enfin, à 18h30, nous étions tous assis aux premiers rangs qui nous étaient réservés dans le grand auditorium de la BnF, pour écouter Gérard Ben Arous, grand spécialiste de la théorie des probabilités, nous parler de Paul Lévy et de sa « théorie de l’addition des variables aléatoires » parue en 1937.

À l’aide de nombreux exemples, le conférencier a proposé quelques calculs de probabilités, a abordé la loi de Gauss et sa fameuse courbe en cloche, pour ensuite élargir ses propos aux lois stables découvertes par Paul Lévy et qui interviennent souvent en physique et mathématiques financières.

Cet autre ouvrage a été cité : « le cygne noir : la puissance de l’imprévisible » de Nassim Nicholas Taleb, où le cygne noir y est défini comme un événement aberrant et hautement improbable dont l’impact est extrêmement fort (effondrement des marchés boursiers, épidémie…).

JPEG - 26.3 ko
Le cygne noir : la puissance de l’imprévisible, 2008 Nassim Nicholas Taleb.

Nous avons ainsi découvert le chemin qui mène d’un texte classique des mathématiques aux recherches contemporaines.

Celles de notre conférencier portent sur la théorie des probabilités et leur lien avec d’autres domaines des mathématiques, la physique et l’industrie.

Nous remercions très sincèrement l’association Animath et son président Martin Andler, ainsi que le service pédagogique de la BnF en la personne de Mme Lamarre pour leur accueil et ce programme de découvertes fort apprécié.

À la fin de sa vie, Paul Lévy écrit en 1970 « quelques aspects de la pensée d’un mathématicien » : pourquoi ne pas aller s’y plonger ?

Répondre à cet article

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 

Explorer